/Le guide pratique anti-cambriolage
Couverture du livre : Immobilier : le guide pratique anti-cambriolage

Le guide pratique anti-cambriolage

22,00 TTC

En stock

Le guide pratique anti-cambriolage dresse un état des lieux précis des cambriolages avant de détailler les stratégies les plus efficaces pour vous en protéger.

En stock

UGS : 101 Catégorie :

Product Description

Les cambriolages, un problème qui nous concerne tous

Sonder votre entourage est un exercice très instructif, pour ne pas dire salutaire. Nous en somme au point où on ne cherche plus qui a fait la mauvaise expérience d’un cambriolage, mais qui y a encore échappé ! C’est dingue, mais c’est la triste réalité.

Tout le monde connaît un ami, un voisin, un parent ou un collègue de travail dont l’intimité a été souillée par des voleurs sans foi ni loi. Logement mis à sac, destruction, vol d’objets sentimentaux… Ca, c’est quand le cambriolage se passe « bien ». Parce que le vrai risque n’est ni matériel ni financier comme vous allez le constater.

Explorons ensemble toutes les facettes de ce fléau. Autant vous prévenir tout de suite, notre exposé est direct, sans fard, parfois cru, mais il a le mérite de pointer les problèmes tels qu’ils sont et de proposer des solutions tangibles. Si cette approche vous effraie, ne lisez pas les lignes qui suivent.

Des chiffres sans appel

68% des Français sont angoissés à l’idée d’être cambriolés selon une étude publiée par Budget Maison (mai et juin 2017). Comme on les comprend ! Jugez par vous-même :

  • 1 délit touchant aux logements est commis toutes les 30 secondes, soit… ;
  • … plus d’un million chaque année, record en cours ;
  • 1 cambriolage sur 3 est réalisé en présence des occupants, des milliers finissent très mal.

Pas très rassurant, n’est-ce pas ?

Le hic, c’est que 69% des Français ne font pas confiance au gouvernement pour résoudre le problème des cambriolages (6e Baromètre Fiducial de la Sécurité, réalisé par Odoxa). Quand on voit le taux de retour sur la lettre ouverte envoyée à 53 personnalités politiques, on se demande bien pourquoi…

Le plus grand risque d’un cambriolage n’est pas d’ordre financier

Certes, le préjudice financier moyen d’un cambriolage s’élève à 6.400 euros.
Certes, les dégâts matériels ont de quoi en révolter plus d’un.

Mais ce n’est pas le pire dans un cambriolage. Le pire, c’est qu’on attente à votre vie et à celles de vos proches. Il faut bien comprendre que les cambriolages sont de plus en plus violents. Les voleurs n’hésitent plus à agir en bandes organisées, armées, et à torturer leurs victimes afin de leur soutirer carte bancaire, codes, argent, bijoux… Ils empoisonnent les chiens, violent, torturent au couteau, au cutter, au chalumeau, gazent, tuent… Leur imagination maléfique n’a plus aucune limite.

Conséquence pour les victimes : un traumatisme difficilement surmontable. Quant aux cambrioleurs… Ils jouissent d’un sentiment de toute puissance et d’impunité à cause d’une justice laxiste qui nourrit la culture de l’excuse. Combien de délinquants et criminels, condamnés des dizaines de fois, ne sont toujours pas à leur vraie place, derrière les barreaux ?

Un déni de réalité insensé

1 Français sur 2 ne souhaite pas s’occuper de ce problème… 1 sur 2 ! La raison ? Parce qu’ils préfèrent balayer cette idée, angoissante, pour se recentrer sur des pensées plus joyeuses. Dans le fond, on peut les comprendre, mais faire l’autruche n’a jamais évité les problèmes. Comme on dit, la peur n’évite pas le danger. Et le danger rôde en la personne de voleurs ultra-violents prêts à exploiter le manque de préparation de 50% des Français.

Pensez-vous vraiment faire preuve de paranoïa parce que vous souhaitez vous protéger d’une attaque violente comme on en dénombre tant chaque semaine dans la rubrique des faits divers ? Et nul besoin de transformer son domicile en forteresse ou de se ruiner en équipements défensifs pour réduire le risque de cambriolage de 50% ou plus. Alors, posez-vous la question : pourquoi prendre un risque inutile ?

Fausses croyances, risque maximal

Malgré la réalité implacable des chiffres et des faits divers, de plus en plus sordides, beaucoup de personnes n’agissent pas en vue de garantir leur sécurité. Réflexe numéro 1 : s’informer correctement et mettre en application ce qu’on apprend. C’est vrai pour la santé, pour les études, pour le travail, pour un achat immobilier, pour un investissement, etc. Pourquoi en irait-il autrement dans un domaine aussi sensible que celui de la sécurité à domicile ?

Il faut croire que les fausses croyances ont la vie dure. Au rayon des idées reçues, citons :

« Eviter les cambriolages n’est qu’une affaire de bon sens »

Alors, pourquoi explosent-ils ? Les Français ont-ils de moins en moins de bon sens ?

« Une alarme et une porte blindée et le tour est joué »

Et si les malfrats coupent l’alarme et s’introduisent pas la fenêtre ou par le toit ?

« Chez moi, il n’y a rien à voler »

Peut-être le croyez-vous sincèrement, mais, d’abord, les voleurs n’en savent rien, ensuite, vous avez probablement une carte bancaire et/ou un chéquier comme la plupart des gens. Et les malfaiteurs sont prêts à toutes les cruautés pour s’en emparer : torture, meurtre, viol. Pardon d’être aussi cru, mais c’est la réalité. Et la réalité est sinistre.

« J’ai déjà été cambriolé »

Mauvaise nouvelle : vous n’êtes pas immunisé pour autant, bien au contraire. Les voleurs connaissent désormais les lieux et vont probablement revenir y faire leurs emplettes. C’est ce que nous disent les statistiques en tout cas.

« Plaie d’argent n’est pas mortelle et je suis assuré de toute façon »

Comme expliqué ci-dessus, le plus grand risque n’est pas d’ordre financier. Vous risquez d’y laisser votre peau ou de souffrir mille tortures en plus d’être volé. C’est ça le risque numéro 1. Quant à l’assurance… Beaucoup de victimes sont étonnées de constater les faibles remboursements perçus… parce qu’elles ont signé des contrats qui ne collent pas à leurs besoins singuliers. Le chapitre 27 du Guide pratique anti-cambriolage aborde le point des assurances avec force détails. Quoi qu’il en soit, si vous êtes physiquement agressé, la meilleure assurance du monde ne pourra pas effacer votre traumatisme.

« On ne peut pas y faire grand-chose »

Faux. On peut faire 10.000 choses pour se protéger efficacement. A commencer par s’informer et développer une bonne stratégie défensive, sans pour autant devenir parano ou sacrifier son cadre de vie.

« Je suis locataire, je n’ai aucune marge de manœuvre »

Encore faux. Vous pouvez, là aussi, faire plein de choses en tant que locataire, sans dépenser gros. Il suffit de suivre une stratégie adaptée à votre cas de figure pour réduire le risque de cambriolage de moitié ou plus.

« Je les attends de pied ferme »

Nous ne sommes pas dans un film de Bruce Lee. Les voleurs peuvent s’introduire chez vous en pleine nuit, à plusieurs, armés, sûrs d’eux et prêts à vous mettre la raclée de votre vie si nécessaire. Ils auront la force du groupe et l’effet de surprise pour eux. Vous ? Vous serez tiré brutalement de votre sommeil et, quel que soit votre courage, la peur vous envahira et réduira votre capacité de réponse physique. C’est une réaction normale, n’importe quel expert en self-defense vous le dira. Ils peuvent aussi faire pression sur les membres de votre famille. Bref, mieux vaut éviter ce cas de figure en laissant les malandrins à l’extérieur de votre domicile…

Les victimes rencontrées pour les besoins du Guide pratique anti-cambriolage ont toutes un point commun : elles n’étaient ni protégées ni préparées au pire. Même des années après les faits, leur traumatisme est profond, presque palpable.

Qui peut vous protéger ?

Qui peut vraiment vous éviter de vivre un cauchemar ?

L’Etat ? Ce n’est pas sa priorité. Même la très médiatisée OTV est une vaste blague.

Les forces de l’ordre ? Elles font ce qu’elles peuvent avec les faibles moyens matériels et humains dont elles disposent.

La justice ? Elle remet constamment les délinquants les plus endurcis dans le circuit.

Vos voisins ? L’entraide est une excellente idée, mais ce n’est pas suffisant.

Vous devez d’abord compter sur vous-même. Ce qui signifie, en vrac, vous informer, vous former, vous préparer, échafauder une stratégie. Là, vous jouez avec des probabilités en votre faveur.

Les cambriolages sont un fléau, Le guide pratique anti-cambriolage est l’antidote

Là où nombre de journalistes et experts auto-proclamés se contentent de verser dans le sensationnel, les demi-mesures et autres astuces gadgets, sans jamais donner de solutions viables, Le guide pratique anti-cambriolage poursuit un objectif ambitieux : vous éviter de vous retrouver dans une situation de danger extrême face à des bandits sans scrupules.

Comme en médecine, sur le web ou dans une banque, le risque zéro n’existe pas, mais on peut s’en approcher. Le guide pratique anti-cambriolage est organisé en 5 parties qui exposent des stratégies concrètes pour mieux vous protéger. Pêle-mêle :

  • Quels sont les facteurs accentuant le risque d’être cambriolé et comment les éliminer ?
  • Quid des systèmes de protection les plus efficaces et comment les choisir tel que le ferait un professionnel aguerri ?
  • Quels sont les points faibles de votre logement et, surtout, comment les corriger ?
  • Comment développer une stratégie sur mesure afin de vous protéger sans vous ruiner et sans transformer votre domicile en forteresse ?
  • Mais aussi des dizaines d’autres techniques défensives qui vous éviteront le pire.

Le guide pratique anti-cambriolage est le premier (et le seul) ouvrage abordant le sujet des cambriolages. A cent lieues de toute approche théorique, il vous explique comment vous protéger en envisageant tous les cas de figure ou presque. En suivant les conseils du Guide pratique anti-cambriolage, vous serez efficace dans 97% des cas.

Qui est Laurent Criado ?

Auteur du best-seller Le guide pratique de l’achat immobilier, Laurent Criado est un expert chevronné du bâtiment.

Entrepreneur et conseiller en sécurité résidentielle, il est le fondateur du magazine en ligne leguideimmobilier.com et auteur de plusieurs articles remarqués sur le thème de l’immobilier.

Expert polyvalent, son indépendance lui permet de s’exprimer avec une objectivité à toute épreuve, dans l’intérêt exclusif de ses lecteurs.

Conclusion : un livre d’utilité publique

Comme il l’avait déjà fait avec son précédent livre, Laurent Criado développe une méthode pointue, mais sans charabia, afin de la rendre accessible au plus grand nombre.

En somme, vous investissez dans une formation au prix d’un livre. Ne tentez pas le diable en voulant faire l’économie de vous protéger, vous et ceux que vous aimez. Parce que vos vies valent bien plus qu’un billet de vingt euros.

Additional Information

Poids 306 g
Dimensions 14 x 1.2 x 21 cm